Porte coupe-feu : fonctionnement, intérêt et réglementation

Porte coupe-feu

Parmi les mesures à prendre pour lutter contre les incendies, l’installation d’une porte coupe-feu s’avère très efficace. Une porte technique qui présente plus d’un avantage et devient indispensable dans les bâtiments recevant du public.

Qu’est-ce qu’une porte coupe-feu ?

Il s’agit en effet d’une porte technique comme la porte acoustique ou la porte blindée. Et alors que celle-ci protège des effractions, la porte coupe-feu a pour objectif de lutter contre les incendies. Pour cela, elle est composée de matériaux résistants dont deux parements en bois dur, une âme en composite incombustible et du métal. Ce qui permet à la porte coupe feu de se conserver pour une durée plus ou moins longue, limitant ainsi la propagation des flammes de l’autre côté, c’est-à-dire la transmission à l’autre face.

Pourquoi installer une porte coupe-feu ?

Concrètement parlant, la porte anti-incendies isole la pièce incendiée et évite ainsi la propagation du feu aux autres zones. Il serait évidemment plus facile d’éteindre le feu de cette façon ainsi que d’évacuer le bâtiment en question. C’est pourquoi ce dispositif est exigé dans les bâtiments à accès public. Mais de plus en plus de particuliers font le choix de poser une ou plusieurs portes coupe-feu dans leurs habitations. Il peut s’agir de la porte d’entrée, d’une cuisine ou encore de la chambre d’enfants. Dans ce cas, il est recommandé de passer par un professionnel pour la pose.

Que dit la loi de la porte anti-incendies ?

Effectivement, l’installation des portes coupe-feu est obligatoire pour certains types de constructions. C’est le cas pour tous les bâtiments publics, mais aussi les grands bâtiments afin d’optimiser la sécurité. Ensuite les normes anti-incendie varient selon l’état du bâtiment (ancien ou neuf), son usage (personnel ou collectif), le nombre d’étages et d’autres critères. C’est l’arrêté du 31 janvier 1986 qui régit ce sujet, exigeant par exemple l’utilisation de matériaux qui limitent les risques de propagation des incendies, des fumées et des flammes dans les constructions neuves soumises aux normes de la sécurité incendie. On se réfère aussi aux normes européennes qui classent la performance des portes coupe-feu selon la réaction, la résistance, l’étanchéité et l’isolation thermique au feu ainsi que l’étanchéité aux fumées.

Comment se mesure la résistance au feu ?

Selon la composition de la porte et sa fabrication, elle peut présenter une réaction différente au feu pour une durée de résistance plus ou moins prolongée. On distingue alors entre trois types de portes anti-incendies selon le type de résistance. Le premier est la porte stable au feu SF qui reste stable et se conserve le temps indiqué, alors que les modèles pare-flamme PF restent stables, se conservent et évitent la propagation des flammes durant le temps indiqué. On trouve ensuite les portes coupe-feu CP qui ont les mêmes propriétés des portes PF et évitent en plus la propagation des fumées pendant la durée spécifique. Quant à la durée de résistance au feu, elle varie de 15 minutes à 6 heures.

On note que la porte coupe-feu se caractérise aussi par son mode de fermeture qui peut être automatique. Dans ce cas, la porte est soit normalement fermée ou normalement ouverte, avec système de re-fermeture.

Vous aimez alors partagez
Facebook Comments

Sofie